AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une éternité pas si longue que cela | HOT |

Aller en bas 
AuteurMessage
Carter J. Blood
Dark Blood - l'éternité n'est que perceptive
avatar

▬ prénom / pseudo : angel
▬ nombre de messages : 48

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   03.11.09 17:05


Une éternité pas si longue que cela!


Los Angeles, une ville où j'avais mis les pieds il y a bien longtemps, mais elle n'a pas changée. C'est toujours la même, toujours cette ambiance pesante qui pèse sur cette ville, c'est ici que je me suis fais transformé en vampire, c'est ici que j'ai su que j'allais devoir me nourrir de sang humain. Des années sont passés depuis, mais je suis toujours le même à avoir cette faim en moi qui ne cesse d'augmenter, je n'ai toujours aucune pitié face à ces pauvres humains, ils ne représentent pour moi que de la nourriture, rien d'autre et ce n'est pas près de changer. J'ai toujours étais comme ça, et c'est comme ça que j'ai réussis à vivre. La seule chose qui me réjouisse dans cette ville maintenant c'est qu'aujourd'hui je ne suis plus seule à devoir arpenter ces rues de ces pauvres humain, j'ai ma moitié, j'ai celle qui arpente mes pensées à chaque instants. Quand je me suis retrouvée enfermée dans ce cachot, cette prison d'argent par les Volturis pendant plus de 70 ans je ne pensais qu'a une seule chose, elle. Je savais qu'elle avait fuit, qu'elle s'en était sortit et c'était la seule chose que je voulais. Ses mains posé sur mon corps me manquait, cette odeur si enivrante me manqué aujourd'hui. Maintenant, je l'avais retrouvé et je n'étais pas près de me séparer d'elle de nouveau, je compter rester avec elle.

Nous sommes installés à présent dans ce chateau, dont personne ne se doute de sa présence à part nous. D'ailleurs, nous avons un membre de la famille Cullen qui nous a rejoint, Bella. Cette pauvre petite humaine qui s'est transformée en vampire grâce à son cher mari. Aujourd'hui, elle est avec nous mais je me doute bien qu'ils feront tous pour la récuperer, la faire revenir dans leur camp parce que soyons logique nous avons pas le même esprit. Ils veulent le bien et nous le mal, mais Bella a choisir de faire le mal comme nous à présent, mais combien de temps? J'ai quelques doutes sur elle, je l'avou son cher Edward pourrait lui faire tourner la tête rapidement nous en sommes conscient. D'ailleurs, Ella a vu que la famille Cullen était revenu en ville et je me doute que leur présence ici, à Los Angeles alors qu'ils habitent à Forks dans une ville bien tranquille ne soit qu'une simple visite. J'attends de les renconter avec impatience, savoir ce qu'ils nous veulent vraiment et si nous devons nous attendre à les combattre.

J'entends la voix d'Innocence dans la salle, et oui cette voix je pourrais l'entendre à des milliers de kilomètres. Je vois que le jour vient à peine de se lever, elle doit avoir quelque chose de prévu et je suis presser de savoir son plan si diabolique. Personne à part elle arrive à me faire l'effet qu'elle a sur moi, alors je descends rapidement les marches pour me mener à la grande salle afin de la rejoindre. J'arrive donc et la vois à la fenêtre, à regarder au loin et elle ne se rend pas compte de ma présence. Un sourire s'affiche sur mes lèvres et m'approchant d'elle, je passes mes bras autour d'elle et d'un murmure je lui dis:

Que fait tu ici de si bonne heure?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Innocence M. Blood
DRAMA QUEEN « Nightmare before death
avatar

▬ prénom / pseudo : Elisabeth
▬ nombre de messages : 440
▬ Copyright : Merci Miss . F
♦ reflection :

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   03.11.09 17:30


Tu es là, finalement c'est tout ce qui compte ...


    Je n'avais pas bougé d'ici depuis ma conversation avec les deux demoiselles vampiriques qui m'accompagnaient depuis trois ans. Bella été secouée lorsque je l'avais vu plus tôt dans la journée, le retour de son cher et tendre ne lui était pas passé inaperçu et pire il l'avait contactée. Je me demandais encore comment il avait bien pu faire. A ce que j'en sache, les numéros de téléphone que nous possédions n'était pas connu d'autre que nous. Alors comment avait-il bien pu l'appeler ? Un mail peut-être ? Nous étions certes des vampires dans un château mais cela n'empêcher pas que nous soyons à la pointe de la technologie humaine. N'est-ce pas ? Après tout cela se montrer fort utile parfois. Quoi que non, pas vraiment. En réalité cela était surtout une bonne excuse pour que les membres de notre garde rapproché est des bonnes raisons pour rester dans leur quartier. Ils n'étaient constamment dans les couloirs a errer comme des âmes en peine, ce que je n'aurais pas supporter de voir. Je soupirais.

    Je n'avais pas bougé donc, et je me tenais encore debout au milieu de la salle. La nuit était tombée bien vite suite à notre repas et j'étais restée plongée dans mes pensés durant les heures qui précédèrent le jour. L'arrivée des Cullen m'inquiétait un peu, ou plutôt cela m'excitait plus qu'autre chose. J'aurai enfin quelque chose à traquer dans cette ville outre les humains qui la parcouraient. Ces derniers d'ailleurs me semblaient de plus en plus nombreux, et j'avais une folle envie de me dégourdir les pattes ces temps-ci. Je demanderais à Carter de me montrer la ville, comme lui la connaissait. Un sourire s'afficha sur mes lèvres à cette pensée. Dés que je pensais à lui en réalité je souriais, je me sentais bien mieux depuis son retour. Je me sentais vivre, vibrer dans cette enveloppe charnelle qui était la mienne. Nos retrouvailles étaient encore fraiches, nous n'hésitions jamais à nous retrouver seuls pour nous montrer à quel point nos caresses et nos baisers - nos étreintes charnels - nous étaient cruciales, et nous avaient manqués. Je l'aimais et même plus encore je lui appartenais.

    Mais à cette instant, j'avais faim, et je me sentais frustrée de je ne sais quoi. C'était le cas parfois, je sentais une sorte de rage en moi qui s'éveillait, comme si il manquait encore quelque chose pour que mes retrouvailles avec mon homme fut parfaites. Et je savais ce que c'était, je n'osais cependant pas mettre un nom dessus. En tout les cas, je ne souhaitais pas le dire devant Lui, parce que je savais que ca ne lui plairait pas comme idée, je savais qu'il ne voulait plus que je prenne ce genre de risque. Pourtant c'était très exactement ce dont j'avais besoin. Prendre Ce risque là en particulier. Ce château cette royauté naissante n'était pas faite pour rien, et j'avais hâte qu'elle grandisse encore plus pour pouvoir me venger pleinement. Mais en attendant je devais être patiente, et la patience n'était pas mon fort, plus depuis longtemps.

      - Madame, m'interpella une voix dans mon dos, chevrotante, hésitante, presque apeurée.


    Je me retournais alors pour me retrouver devant une de ces secrétaires dont je me passerais bien lorsqu'elles osaient me parler. M'adresser la paroles directement c'était une faute grave pour moi, et la plupart le savaient, celle qui avaient réussi à rester plus d'une semaine en vie. Celle-ci était donc nouvelle. Elle ne comprenait pas le risque qu'elle prenait rien qu'en m'interpellant. Je ne pris pas la peine de lui demander ce qu'elle me voulait, son regard de chiot perdu, et surtout la veine qui battait dans son cou furent de trop, et je m'élançais sur elle à vitesse vampirique pour la vider de son sang. Elle ne cria même pas. Le jour se levait alors, il était dans les 5 heures du matin, c'est à cette heure-là que le soleil se levait à l'approche de l'hiver. Une autre demoiselle humaine entra dans la salle, regarda le cadavre qui jonchait le sol alors que je lui tournais le dos, regardant par la fenêtre.

      - Débarrassez moi de cela, et trouvez lui une remplaçante muette ! Crachais-je à la servante qui s'empressa de m'obéir, sans un mot.


    Je ne bougeais plus, fixais le paysage d'aurore sans un mot, lorsque soudainement deux bras forts et chaleureux encerclèrent ma taille. Je ne me fis pas prier pour me coller au torse de mon ange gardien - à moins qu'il ne fut mon démon personnel. Je me sentais entière dans ses bras et cette sensation ne m'avait que trop manqué. J'avais envie alors, plus que tout de passer une journée avec lui, et peut-être rendre notre retour plus officiel. Laisser un message aux Cullen qu'eux seuls pourraient comprendre. Vider de son sang une femme et leur écrire un mot sur un mur sale. Que sais-je les idées me venaient aussi rapidement que le venin dans ma bouche.

      - Que fait tu ici de si bonne heure ? Me demanda-t-il de sa voix roc et affreusement séductrice.


    Je levais mon visage, posant ma nuque sur son épaule, et grignotait doucement la peau de son cou. Je respirais son odeur, m'en imprégnait, et me sentait heureuse - ou presque.

      - Je me disais qu'il serait ... amusant de sortir et d'informer nos voisins végétariens de notre retour. lui dis-je un sourire de petite fille innocente posé sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Blood
Dark Blood - l'éternité n'est que perceptive
avatar

▬ prénom / pseudo : angel
▬ nombre de messages : 48

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   03.11.09 19:52


Une éternité pas si longue que cela!

Los Angeles, la ville où j'ai vu ma vie changer pour toujours, quand je suis partis là-bas j'étais bien loin de me douter de ce qui aurait pu m'arriver, de ce qui allait se passer pourtant je ne regrettes en rien. C'est vrai, je me sens plus fort que les autres, je contrôle tout ce que je veux et je ne ressens plus ce que ces pauvres humains si fragile peuvent ressentir. Je sais ce que je veux, et je ne passes jamais par quatres chemin pour l'obtenir. Je ne suis pas comme ces Cullen, qui se nourrisent que de sang d'animaux, que ce soit des animaux ou des humains, pour moi c'est la même chose ils faut les tuer. Le sang humain est encore bien meilleur, les proies ont peur et c'est ce qui rend leur sang si unique, si bon au goût. Quand je suis rentré, quand Bella, Ella et Innocence m'ont sortit de ce cachot après 70 ans d'enfermement, je n'avais qu'une envie c'est frapper partout où je passé, brisés tout ce qu'il y avait sur mon passage, je crois que si Innocence n'avait pas étais là, j'aurais bien fais plus de massacre que j'en ai fais. C'est la seule qui arrive à me contrôler, pas totalement mais elle y arrive elle peut en être fier personne d'autre pourrait se venter de cela.

J'ai appris par la même occasion grâce à Ella que les Cullen était de retour en ville, et je me doute qu'il y a une raison à tout cela, mais je suis presser de me confronter de nouveau à eux, je crois que ce qu'ils nous attend n'est qu'un réel plaisir. Et puis plus rien ne me fait peur, avec Innocence plus rien ne peut nous atteindre et tout ceux qui oseront nous affronter risquerait de perdre beaucoup, je vous assure. Je ne dis pas que nous sommes les plus fort, quoi qu'il y a des chances quand même mais nous avons Ella, et Bella à nos côtés. Je compterais plus sur la présence d'Ella que Bella, je ne sais pas si d'un jour où l'autre elle pourrait retourner sa veste, retourner avec eux elle l'a bien fait avec nous alors je m'attends à tout. Je lui est juste appris à repérer les meilleures proies quand je suis revenu ici, mais je ne discutes que très rarement avec elle. J'ai une certaine complicité avec Ella, j'ai l'impression qu'on se comprend tous les deux et je sais que je pourrais compter sur elle, quoi qu'il arrive avec Innocence. C'est déjà un bon point, après nous verrons bien comment tout cela tournerons, mais je ne suis pas sure que tout finisse bien, j'en doute fortement.

Entendant la voix douce et mélodieuse de Innocence dans la salle, je m'empresse d'aller la retrouver. J'aime être avec elle, nos caresses se font de plus en plus présente ces temps-ci, je crois qu'on essaye de rattraper le temps perdu parce qu'il m'a parut tellement long, sans interêt sans elle. Je descends et arrivant dans la grande salle, je la vois à la fenêtre, regardant les horizons face à elle. Rien que de la voir me rend le sourire, et je m'empresse d'aller vers elle et de passer mes bras autour de sa taille. Sentir sa peau contre moi, sentir son odeur me donne des envies. Reprennant quelques peu mes esprits, je lui demande ce qu'elle fait ici de si bonne heure. Elle levait alors son visage et posant sa nuque sur son épaule elle me répondait avec sa voix si douce et son sourire sur ses lèvres. Innocence ne manqué jamais d'idée, et celle qu'elle avait me plaisait parfaitement. Nous avions les mêmes envies, les mêmes gouts. Je la regarde et posant un baiser dans son cou, je lui réponds:

Je trouve que c'est une excellente idée...et puis je meurs de faim, alors allons-y! Mais avant....il faut qu'on parle!

Elle se retourne pour être face à moi et déposant mes mains sur ses hanches, elle me regarde avec son regard interrogateur qui me fait rire. Je viens déposer doucement mes lèvres sur les siennes pour lui donner envie avant de me retirer et de lui murmurer:

Il faut qu'on parle de Bella...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Innocence M. Blood
DRAMA QUEEN « Nightmare before death
avatar

▬ prénom / pseudo : Elisabeth
▬ nombre de messages : 440
▬ Copyright : Merci Miss . F
♦ reflection :

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   03.11.09 20:32


Tu es là, finalement c'est tout ce qui compte ...


    7o ans, je crois que si un jour les Volturi avaient la bonne idée de revenir vers nous je ne me dérangerais pas pour leur faire comprendre ma façon de penser. D'ailleurs c'est ce que secrètement j'espérais, qu'ils viennent dans notre royaume pour pouvoir pleinement me satisfaire d'une vengeance qui me tardait d'abattre.Je pourrais les tuer, tous les uns après les autres, et ce sans aucun scrupules. ils m'avaient volé soixante dix ans de ma vie, et pire encore, c'était comme si ils m'avaient tué une seconde fois. J'avais cru pendant des années qu'ils l'avaient tué, et je pensais sincérement que si Carter avait été déclaré mort à mon arrivé à Volterra je n'aurais pas même eu la force de me battre contre nos rois - ou anciens rois - et les auraient plutôt suplier de m'achever. Je ne pouvais pas imaginer ma vie sans lui, et pire encore de l'avoir loin de moi une fois encore. J'en mourrais probablement cette fois, et la folie qui faillit me ronger une première fois n'en sera que plur ravageuse.

    Car bien que beaucoup en douta, j'étais de mon coté persuadé que la folie pouvais atteindre un vampire, et que même elle se montrait mortel. Elle nous rongeait, nous rendait faible, pliable à nos instincts primitifs. Combien de villages avais-je failli décimer parce que j'étais loin de lui ? Combien de petites filles en sang reposèrent dans mes bras ? Combien d'humains passèrent sous mes crocs ? Combien de meurtres il y eut non élucidés, de disparus jamais retrouvé en soixante dix ans ? Probabement trop du point de vue des Volturi, mais pas assez du mien, et j'avais encore et toujours cette soif qui me lacérait la gorge, et contre laquelle je ne pourrais probablement jamais rien faire. Alors je tuais, encore, mais en ce moment je me calmais parce que je passais moins de temps dehors, et plus dans mon lit avec Carter, et pas forcément pour faire semblant de dormir, nous n'en étions plus au niveau "je fais semblant d'être un faible humain qui a besoin de repos". Bien au contraire, nous profitions du fait que nous nous n'en ayons pas besoin.

    Mais pour le moment nous n'étions pas dans la chambre, mais dans une des salles du château, et bien que mon désir pour lui me brûla dés qu'il encercla ma taille, je m'en serais voulu que Bella entre inopinément et nous trouve dans une position pas forcément très catholique. Pas que je sois d'une nature pudique loin de là, mais je savais que ce n'était pas tout le monde au château qui avait les même idéologie que moi. Mais passons, je me concentrais plutôt sur la sensation de sa peau frôlant la mienne, et de ses bras qui m'entouraient, me possédaient, me protégeaient en même temps. Je crois qu'une fois de plus, à ce moment je tombais sous son charme, et je m'en voulais presque de ne pas avoir trouvé la force de le sauver avant soixante dix ans. Ce chiffre qui me hanterait probablement jusqu'à la fin de l'éternité - eut-elle une fin un jour ... -.

      - Je trouve que c'est une excellente idée...et puis je meurs de faim, alors allons-y! Mais avant....il faut qu'on parle !


    Je ne doutais plus de mes idées, souvent sadiques, qui plaisaient la majorité du temps à Carter. Nous étions tous deux des démons, des monstres de la nuit et nous jouions le rôle à la perfection. Ce n'était pas pour rien qu'il fut connu même dans le monde humain comme étant Jack L'éventreur. Ses meurtres je les trouvais bien plus glorieux que les miens, et je l'idolâtre encore plus que je l'aimais. Qui aurait pu m'en rendre rigueur, ce vampire était de loin le plus parfait que j'eus connu de ma mort, et je lui appartenais pour toujours. Je me voyais mal le voir partir loin de moi, et de mon coté j'étais liée à lui. Mais outre mon envie de sang qu'il partageait la fin de sa phrase me laissa perplexe.

    Il le vit d'ailleurs, et me tourna vers lui, me tenant par la hanche, alors que lorsqu'il m'embrassa j'enroulais mes bras autour de son cou, et lui rendait son baiser avec passion. Mais la curiosité était trop forte et je me séparais de lui, l'interrogeant du regard pour savoir de quoi il en retournait. Mon expression le fit rire et j'aurai pu me sentir frustrée qu'il réagisse ainsi, mais ce son tout comme sa voix ou ses mains m'avaient manqué, et je ne pus que sourire à son entente. Il était franchement beaucoup trop beau pour être réel, et je doutais encore qu'il fut réellement là prés de moi, encore. Et pour l'éternité à venir. Je me sentais affreusement fleure bleue, et mon envie de sang se décupla, pourtant je voulais avoir cette conversation qu'il attendait de ma part :

      - Il faut qu'on parle de Bella...


    Je fronçais les sourcils, nouvelle surprise. J'avais bien remarqué que Carter s'inquiétait pour Bella, depuis l'annonce d'Ella, au sujet du retour des Cullen. D'ailleurs en parlant d'Ella, j'avais remarqué aussi qu'elle s'entendait parfaitement bien avec Carter, et bien que cela en règle général devrait me ravir, se n'était pas le cas. Et mon caractère possessif et jaloux reprenait le dessus dés qu'ils s'échangeaient un mot ou un regard. Je n'en avais pas parlé à Carter, sachant que de tout manière il avait du le remarquer, j'étais transparente pour lui. Mais je tachais tout de même de réfréner mes envies de meurtres, parce que j'appréciais tout de même énormément Ella. Mais pour le moment ce n'était pas le sujet qui nous intéressait, c'est Bella qui était au centre de la conversation.

      - Bella. Tu t'inquiète pour elle à cause du retour des Cullen ? Demandais-je sans vraiment montrer une quelconque importance à la chose.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Blood
Dark Blood - l'éternité n'est que perceptive
avatar

▬ prénom / pseudo : angel
▬ nombre de messages : 48

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   03.11.09 20:59


Une éternité pas si longue que cela!

70 années, ça parait rien dans une vie d'un vampire mais lorsque vous êtes séparé de votre âme soeur, celle qui vous comprend au mieux, celle avec qui vous n'avez pas besoin de moi pour se faire comprendre c'est long, très long même. Quand j'ai étais enfermé dans ce cachot, la seule chose qui me faisait tenir c'était de savoir qu'elle avait réussit à s'enfuir, elle ne s'était pas fait tuée, je crois que je ne l'aurais pas supporter, je suis son protecteur, je me dois de l'être dans n'importe quel circonstance. Mais ses années sans son odeur enivrante, sans sa présence à mes côtés, sans ses mains posés sur moi m'ont parut une éternité. Je ne sais pas comment j'ai réussis à tenir, mais je crois qu'en sortant de cette prison, j'avais qu'une envie défouler ma colère sur tout ce que je pouvais trouver, on m'avait séparer d'elle pendant 70 ans, je ne pouvais pas rester calme, bien loin de là même. Pouvoir de nouveau la prendre dans mes bras, être avec elle n'était qu'une joie intense pour moi. On se rend compte de ce que l'on a que quand on est sur le point de le perdre, cette phrase si nulle mais si vrai en fait.

Savoir que les Cullen était arrivé à Los Angeles, nous ne savions pas pourquoi mais pourtant, je savais qu'on allait pas tarder à le savoir, à comprendre leur raison de leur arrivée ici. Une raison les pousser, c'est récupérer Bella et ça même si ce n'est pas la véritable raison de leur venue, je sais qu'ils feront tout parce qu'ils veulent qu'elle redevienne la petite Bella gentille qui ne tue pas d'être humain, en effet avec moi ça ne marche pas comme ça quand elle a décidé de passer de l'autre barrière, du côté du mal on mange ce que l'on trouve, que ce soit animaux ou humain, ça n'a pas de différence à mes yeux alors elle a du s'y habituer. Je m'attends à un combat avec eux, je sais qu'ils ne repartiront pas comme ça, sans avoir eu ce qu'ils souhaitent et s'ils croient que je vais les laisser faire sans réagir, ils se trompent complétement là. Ils savent pas de quoi je suis capable, pourtant ils savent que j'étais appelé Jack l'éventreur, enfin je sens que je vais bien m'amuser malgré tout.

Nous sommes dans la grande salle, mes mains autour de sa taille la retrouver n'est qu'un réel plaisir à mes yeux. Je n'ai qu'une envie mais je le ferais, on ne sait pas qui pourrait arriver et puis soyons sérieux deux minutes quand même, même si je sais qu'elle a la même envie que moi. Je lis en elle comme un livre ouvert, c'est l'avantage. J'écoute sa proposition et bien sur qu'elle me plait, attendez pas boire du sang humain je ne refuse en rien et puis ça risque d'être amusant, vous ne trouvez pas? Moi si en tout cas! Mais je lui dis qu'il faut qu'on parle, et oui il faut bien que je saches à quoi m'attendre j'aimerais ne pas me faire avoir par Bella, je ne doute pas d'elle quoi qu'un peu quand même mais je préfères assurer mes arrières, savoir si on peut compter sur elle. Je la retourne pour qu'elle me fasse face, et déposant une main sur ses hanches pour qu'elle se colle à moi je l'embrasse alors qu'elle le prolonge passant ses bras autour de mon cou avec passion. Je la reconnais bien là, et je n'ai qu'une envie c'est de m'approcher de la table et céder à mes envies que j'ai mais non, je ne le ferais pas enfin pas pour le moment.

Je lui dis donc qu'il faut qu'on parle de Bella, et elle fronce les sourcils. Et oui, depuis que Ella à annoncer le retour des Cullen je m'inquiète et c'est normal, attendez avant elle faisait partie de leur famille, qui me dit qu'elle ne va pas une fois de plus retourner sa veste mais si elle le fait, qu'elle s'attende à des conséquences lourdes, je l'ai aidé mais après quand on me trahit on en paye le prix. Elle me dit que je m'inquiète pour elle à cause du retour des Cullen, la regardant je lui dis alors:

Pas toi? C'est vrai, elle faisait partit de leur famille avant qui nous dit qu'elle ne va pas une nouvelle fois retourner sa veste...je préfères assurer mes arrières Innocence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Innocence M. Blood
DRAMA QUEEN « Nightmare before death
avatar

▬ prénom / pseudo : Elisabeth
▬ nombre de messages : 440
▬ Copyright : Merci Miss . F
♦ reflection :

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   04.11.09 12:18


Tu es là, finalement c'est tout ce qui compte ...


    Finalement c'était pas si mal ainsi. L'attente avant son retour fut des plus longues, et ces années les plus douloureuses que je n'ai jamais connu mais maintenant qu'il était revenu je sentais comme une sorte de renouveau. Comme si son retour ainsi avait finalement renforcé nos liens, notre amour plus qu'avant était fusionnel, et de plus en plus je souhaitais le sentir proche de moi. Mais comme avant encore, j'étais dicté par la passion qui me démangeait le corps dés que j'étais proche de lui, dés que sa main frôlait ma peau, ou que sa bouche goutait à mes lèvres, et alors il n'était difficile de résister à la tentation qu'il représentait pour moi. Je me souvenais avec une netteté inimaginable dés jours que nous passions enfermés dans des chambres qui n'étaient pas les nôtres, juste à tuer le temps en nous affirmant notre désir durant des heures, des jours. Le fait de ne pas avoir besoin de repos était alors fortement bénéfique, et j'avouais sans peine et sans aucune honte que nous en profitions un maximum. Et pourquoi non, après tout nous étions des démons de sang et de luxure, je ne comprenais pas pourquoi nous irions contre l'envie de l'un ou de l'autre ?

    Mais étrangement, pour le moment je réfrénais ces envies qui me prenaient le sang, et me faisait tourner la tête - si comptait que cela fut possible pour un vampire -. Dans les bras de Carter, proche de lui tout en restant raisonnablement à distante de ses lèvres tentatrice, je l'écoutais, alors qu'il s'inquiétait pour l'une des nôtres. Je le reconnaissais là. Je n'avais pas la même notion de fidélité et de protection que lui. Je ne surveillais pas mes arrières en temps normal, tout simplement parce que j'avais eu pour habitude que lui le fasse pour moi. C'était parfois à ce demander comment j'avais bien pu survivre 7o ans sans lui. Peut-être cela est-il dû à mon don qu'il ne possédait pas, et qui était franchement utile pour effacer toutes traces de mon passage. Ou alors cela était dû au fait que j'avais dû apprendre à me battre pour pouvoir tuer ceux qui se mettaient entre nous, ou tout simplement pour évacuer ma rage. Me battre ... J'étais devenue la pire tueuse que l'on ai jamais entendu parler dans le temps. Je n'avais pas massacré que des humains durant ces années, des vampires aussi. Des nomades qui croisaient ma route et qui était trop entreprenant, ou alors des clans entier, que je tuais un par un, juste pour le plaisir de les voir avec leur expression d'incompréhension sordide. Alors lorsque j'étais arrivée à Los Angeles je n'avais pas surveillé mes arrières, et cela m'avait plutôt était bénéfique en réalité.

    Mais maintenant tout cela allait changer, surtout avec le retour des Cullen et de Carter. Il s'inquiétait pour Bella, et je comprenais pourquoi, mais de mon côté, étrangement je ne m'en faisais pas. Pas que j'avais confiance en Bella, pas vraiment du moins, nous dirons plutôt que d'un certain côté j'avais l'impression de la comprendre. Impression qui était né dans un regard avec elle il y a trois ans. Je marchais alors dans la forêt réfléchissant au fait que je n'avais plus rien à faire à Los Angeles, et que je me sentais assez forte pour retourner en Italie. Je l'avais alors croisé elle, et il ne lui fallut aucun mots pour que je comprenne ce qu'elle venait faire ici. Elle était venue à ma rencontre, c'était évident, et en un regard je sus qu'elle souhaitait s'émanciper de la jolie vie de famille dans lequel elle était enfermée. J'y avais réfléchit longuement suite à sa décision, il est vrai qu'elle pourrait repartir vers eux, mais dans ce cas je ne voyais pas en quoi cela nous porterait préjudice. Carter était bien plus prévoyant à ce niveau là :

      - Pas toi? C'est vrai, elle faisait partit de leur famille avant qui nous dit qu'elle ne va pas une nouvelle fois retourner sa veste...je préfères assurer mes arrières Innocence...


    Mon nom prononcé par lui m'envoya des milliers de frissons, et une fois encore je réfrénais mon envie de le renverser sur la table derrière nous. J'inspirais profondément et tachais de me concentrer sur ce qu'il avait à me dire. J'écoutais, j'analysais, et me rendait compte que cette question, ces réflexions je les avais eu avant lui il y a des années maintenant, mais qu'aujourd'hui elles ne m'effrayaient plus autant. Il était cependant possessif, et je savais que même si les Cullen tentaient de nous reprendre Bella, Carter ne les laisserait pas faire sans se battre, et il me trouvera à ses cotés, parce que je ne pouvais pas le laisser seul de nouveau qu'importe qui était notre ennemi.

    Je quittais l'étreinte de ses bras, prenant sa main, je l'invitais à prendre place avec moi. Je m'assis sur la table en acajou au milieu de la pièce, et il vint de mettre entre mes jambes, debout, mon regard était alors à la hauteur du sien. Je réfléchis à la manière dont j'allais lui répondre. Je n'avais pas confiance en Bella, j'avais confiance en son jugement et ses idéologies :

      - Je ne sais. Je ne pense pas qu'elle souhaite même retourner vers eux ... Tu sais, Edward l'a contactée et j'ignore encore comment. Mais elle ne semblait pas ... ravie de l'apprendre, comme si elle n'avait pas hâte de les revoir, et je ne pense pas qu'elle en est même envie.

    Je fronçais les sourcils, remontant sur mes pensés de l'époque, alors qu'elle venait de me rejoindre, alors qu'elle m'avait aidé à sauver Carter. Elle vivait avec nous, elle était un membre a part entière de notre clan, et c'est cela que je prenais en compte aussi. Ca et le fait que sa famille ne l'accepte pas.

      - Tu sais, j'en suis venue à la pensé que malgré tout ce qu'elle avait vécu, Edward n'était pas celui qui lui fallait. Avouais-je. Si tel avait été le cas il l'aurait rejointe ici. Il n'aurait pas hésité, il l'aurait comprise. Mais ce n'est pas le cas. Ils se sont éloignés l'un de l'autre, et je suis persuadé qu'il ne lui manque pas tant que cela. Pas comme si il était son âme soeur ...


    Je baissais les yeux un instant. Cette explication me semblait légitime, logique, et pourtant il manquait quelque chose. Je n'en avais pas la preuve et cela me frustrait. Mais Bella allait le revoir et à ce moment là je serais probablement fixée. Je relevais les yeux pour les plonger dans ceux de Carter, et lui sourit.

      - Alors non je ne suis pas inquiète. A moins qu'il n'y eut quelque chose dans son comportement qui t'aurais fait douter d'elle, Carter ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Blood
Dark Blood - l'éternité n'est que perceptive
avatar

▬ prénom / pseudo : angel
▬ nombre de messages : 48

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   04.11.09 20:55


Une éternité pas si longue que cela!



Ces années m'ont parut si longue, sans elle à mes côtés, cette chaleur qu'elle dégage malgré elle. Je ne regrette en rien de l'avoir transformée en vampire dans les années 1800 c'est vrai, elle avait une telle douleur face à sa vie humaine si inutile, enfermée dans ce cachot sans pouvoir en sortir, il la retenait comme une prisonnière, grâce à moi elle est devenue une femme forte et indépendante. Elle a tout ce que je voulais, l'envie de se battre, elle ne fait pas de différence entre un animal et un humain, elle prend ce qu'il lui vient sous la main et elle a cette rage. C'est tout ce dont j'attendais, on se comprend tellement bien tous les deux. Elle est mienne jusqu'à la fin des temps, et je peux vous dire que plus une fois je ne veux être séparé d'elle, j'ai cru que ces années ne se finirait jamais, j'ai commencé même à croire que j'allais rester là-bas, enfermer dans cette prison et que jamais je ne serais relâché. Mais Innocence est venue me sortir de là avec Ella et Bella et je crois que c'est pour ça que je les ai bien accueillis, elles m'ont aider à retrouver celle que je considère comme mon âme sœur. Personne d'autre qu'elle ne pourra me comprendre autant qu'elle et si quelqu'un ose poser la main sur elle, il regrettera bien vite son geste c'est moi qui vous le dis.

Nous étions dans la salle et même si j'avais une envie irrésistible de l'allonger sur cette table derrière nous et de céder à cette envie nous devions déjà parler. En effet, mes mains posés autour de sa taille, je lui dis qu'il faut qu'on parle sérieusement. Ce n'est pas un plan diabolique que j'ai en tête, même si ça peut déboucher sur cela mais pour l'instant ce n'est pas à quoi je pense. Elle était à présent dans mes bras et je lui parlais de vérifier nos arrières, en effet Ella à vu que les Cullen arrivait à Los Angeles et Bella faisait partit de leur clan avant, qui nous assure qu'elle ne va pas retourner une nouvelle fois sa chemise et repartir de nouveau sa veste. Je lui est appris comment chassé les humains et quels était les meilleurs, maintenant je ne suis pas vraiment assuré que si une bataille à lieu, elle sera plus de notre côté que des autres. C'est tout de même sa famille en face, il y a sa fille et son mari, alors franchement je doute. Je doute moins de Ella qui n'a plus que son fils que Bella qui a encore sa belle famille, sa famille. Comprenez moi, j'ai étais bien surpris depuis 410 ans alors aujourd'hui je me méfie.

Elle n'avait pas tellement l'air de s'inquiéter et même si je sais qu'elle n'a pas étais habituée pour quoi que ce soit, elle devrait tout de même douter un peu. C'est vrai, rien nous assure que Edward ou l'un deux n'arrivera pas à la manipuler et qu'elle se rebelle contre nous. Si ça arrivait, je n'hésiterais pas à la tuer même si je sais que Innocence y tient je protèges les miens avant toute chose je pense que Bella va devoir réfléchir, prendre la bonne décision. Je ne sais plus quoi faire pour lui faire comprendre alors je l'écoute sagement et alors qu'elle s'assied sur la table elle écarte les jambes afin que je sois debout face à elle et dépose l'une de mes mains sur sa jambe la faisant remonter doucement. Si elle veut jouer avec moi, elle a perdu d'avance je sais joué aussi rassure vous. Je la regarde et lui dis alors:

Ça se voit dans ses yeux, elle en est encore folle amoureuse et même s'ils se sont éloignés les Cullen sont capable de la convaincre qu'elle serait mieux avec eux...je doute d'eux tu sais, pas seulement d'elle...leur pouvoir de persuasion est plus grand que l'on puisse le croire...mais j'attends de voir ce qu'il va se passer, mais je te préviens que si elle fait un geste de travers envers nous...je n'aurais aucun remords...

Je passes une main dans ses cheveux et vient déposer mes lèvres dans son cou et lui sourit malicieusement. Et oui, j'ai envie d'elle en même temps quel homme serait lui résister moi pas du tout loin de là même. Elle me sourit avec son sourire charmeur et s'en est trop pour moi, je l'allonge rapidement sur la table et vient me poser sur elle et enlevant d'un geste leste son haut, je lui murmure alors:

Maintenant...passons aux choses sérieuses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Innocence M. Blood
DRAMA QUEEN « Nightmare before death
avatar

▬ prénom / pseudo : Elisabeth
▬ nombre de messages : 440
▬ Copyright : Merci Miss . F
♦ reflection :

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   04.11.09 21:26


Tu es là, finalement c'est tout ce qui compte ...


    De ma vie d'humaine je ne retenais que peu de chose. Tout ce dont je me souvenais c'était cette pièce vide, sombre et humide qui constituait en fait tout ce que je n'avais jamais connu de la vie. J'avais été enfermée dés ma naissance, et je ne revis le jour que lorsque je serais morte - une première fois-. Mais alors, j'étais nourrie une fois par jour, parfois deux. Je mangeais plus poussée par un instinct que par une réelle envie. Je ne me souvenais pas du gout qu'avait les aliments, ce souvenir avait été remplacé par le gout du sang humain sur ma bouche. Je ne me souvenais que de la sensation de froid permanent qui m'obligeait à me recroqueviller sur moi-même et de rester des heures à trembler en espérant ne pas mourir de froid. Car la peur de la mort n'est pas humaine, elle est instinctive, et même si je n'arrivais pas à mettre des mots sur ces sensations je les ressentais tout aussi bien que mes semblables. Les mots, le langage, ce fut aussi une chose assez étrange, difficile pour moi. J'entendais les mots qui traversaient le plafond, cependant je ne connaissais pas leur sens, les leur donnaient en fonction des consonances. Ce ne fut pas une chose facile pour Carter que de m'apprendre tout cela. Le langage, la chasse, le gout, les sensations tactiles - que je ne connaissais pas non plus - la différence entre le chaud et le froid, entre le bonheur et la douleur. Je ne connaissais alors rien de tout cela, c'est lui qui m'avait tout apprit.

    Je lui devais tout, c'était un fait, et aujourd'hui encore malgré les 25o ans qui me séparaient de mes débuts je comptais encore sur lui, j'étais encore dépendante de tout ce qu'il avait fait pour moi, et ce qu'il continuait à faire. Il me protégeait, et personne ne saurait mieux le faire que lui, j'en avais la conviction. Parfois je me disais qu'il devait être paranoïaque, mais il avait plus d'expérience que moi, et semblait avoir une sorte de sixième sens, plus aiguë que le mien. Son instinct ne le trompait que rarement, et à mesure du temps j'avais appris à m'y fier, aussi surement qu'aujourd'hui ma vie était dictée par ses sentiments, ses pressentiments. Et là, il me disait de me méfier de Bella. Cependant je n'en avais aucune envie, avec le temps je m'étais attachée à elle, et je savais parfaitement ce qui se passerait si elle nous trahissait. Dommage, c'était une vampire tout à fait mignonne, adorable même bien que souvent dans la lune, ou mélancolique, particulièrement ces derniers temps.

    Mais dans cette nouvelle position que j'avais adopté avec Carter entre mes jambes, je ne me doutais pas que lui parler en ayant les esprits clairs seraient aussi difficiles. J'aurai dû me douter qu'il ne résisterait pas à l'envie de caresser ma peau, comme je ne résistais pas à passer mes doigts sur son torse, et à faire petits cercles, tout en le regardant dans les yeux. Ses yeux pourpres, ternis par une lueur de désir que je ne connaissais que trop bien. Je n'imaginais pas même la noirceur de mon regard à cette instant qui devait mêler la soif de sang, et la soif de lui. Je me sentais comme un homme en plein désert, privé d'eau sous une chaleur torride. Mais j'avais ma fontaine de jouvence, et j'avais en plus un protecteur lui même assez chaleureux. Je sentis de nouveau un frisson me parcourir alors que la main de mon cher et tendre parcourait la peau de ma jambe, doucement, me rendant pliable. Je tachais tout de même de suivre la conversation. Lui ne sembla pas désarçonné un seul instant et me répondit sans même réfléchir, alors que je tentais de me concentrer sur ses mots :

      - Ça se voit dans ses yeux, elle en est encore folle amoureuse et même s'ils se sont éloignés les Cullen sont capable de la convaincre qu'elle serait mieux avec eux...je doute d'eux tu sais, pas seulement d'elle...leur pouvoir de persuasion est plus grand que l'on puisse le croire...mais j'attends de voir ce qu'il va se passer, mais je te préviens que si elle fait un geste de travers envers nous...je n'aurais aucun remords...


    Je n'y croyais pas vraiment en réalité. Que Bella soit encore amoureuse, pourquoi pas, mais elle était indépendante. Elle arrivait à vivre sans eux depuis trois ans, et s'en sortait plutôt bien selon moi. Mais peut-être que accaparée par ma propre vie je n'avais pas véritablement fait attention à elle. On ne se demande pas à cause de qui ... Mais passons, ce que je pensais à cette instant de Bella était simple, bien qu'elle soit - peut être - encore amoureuse d'Edward, elle se sentait bien parmi nous. Carter lui avait apprit à aimer le sang humain, à le traquer, et à en conserver toute l'authenticité, le meilleur. Tout comme je le faisais moi, grâce à son enseignement. Mais bien que Carter se soit adapté à la présence de Bella, et de Ella aussi bien qu'avec cette dernière cela sembla être moins dure, il y avait toujours une distance entre eux. Et je ne doutais pas un seul instant que si elle nous trahissait Carter le lui ferait payer. Je l'avais assez souvent vu à l'oeuvre. Après tout, peut-être qu'il en ferait de même avec Ella si elle osait nous quitter. Il n'y avait que nous deux finalement qui comptaient vraiment. Le reste c'était des choses en plus pour alimenter notre éternité. Ce n'était en rien vitale, proprement parlant.

    Mais je perdais toutes notions rationnelles lorsque sa main vint parcourir mes cheveux dans une caresse langoureuse. Ses lèvres dans mon cou me firent plus que frissonner, je jetais littéralement ma tête en arrière sous le coup du désir afin de lui laisser un meilleur accès à cette zone particulièrement sensible de mon anatomie. Et lorsqu'il me regarda de nouveau dans les yeux j'avais un sourire charmeur sur le visage, je savais qu'il n'y résisterait pas, et cela tomber bien parce que j'avais beau me trouver des excuses, mais le faire ici, sur cette table, avec lui était une idée qui m'excitait bien plus que je n'aurai su le dire. D'un geste félin il m'allongea sur la table, me dominant de sa hauteur, et me délesta de mon haut. Je me mordis la lèvre inférieur et retins un grognement avec difficulté. Je me perdais une fois de plus dans son regard :

      - Maintenant... passons aux choses sérieuses...


    De tel mots auraient pu m'envoyer au septième ciel directement. Je passais mes mains derrière son cou pour approcher son visage du mien, et dévorait sa bouche avec avidité. Ma langue passait sur ses lèvres réclamaient l'entrée. Notre baiser, loin d'être sage et retenu, se fit bien vite passionné et violent. Je mordais sa lèvre inférieur, la léchais, la caressais. Je ne me lasserais probablement jamais de ses baisers, de ses caresses, et ses étreintes, sauvages passionnée, fantastique dans le sens le plus littéralement du terme. Mes mains parcoururent tout d'abord son dos, au dessus de son t-shirt, descendirent sur son torse, et glissaient sous le tissu. Je sentis dés lors sa peau frémir sous mon touché. Sous mes ongles qui marquaient sa peau - qui cicatrisait tout aussi vite -. Je le délestais à mon tour de son haut pour me garantir une meilleure approche. Pour le sentir contre ma peau. Je l'embrassais encore, ne pensais plus vraiment logiquement :

      - Quelqu'un ... pourrait ... entrer, dis-je difficilement entre deux caresses.


    Pas que l'idée ne me dérangeait vraiment, je m'en fichais à vrai dire. Mais tout dépendait de qui cela pourrait être je ne voulais pas non plus traumatiser l'un des nôtres.


H.S : Si tu veux faire plus en profondeur il faudrait rajouter un HOT au titre pour ne pas que l'on se fasse jeter. ^O^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Blood
Dark Blood - l'éternité n'est que perceptive
avatar

▬ prénom / pseudo : angel
▬ nombre de messages : 48

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   20.11.09 21:48


Une éternité pas si longue que cela!


Je crois que les soixantes dix années sont passé tellement doucement, où je n'avais qu'une envie c'est de pouvoir de nouveau la prendre dans mes bras, de pouvoir déposer mes lèvres sur les siennes, sa présence est comme une drogue pour moi. Maintenant que nous sommes à nouveau réunis tous les deux, plus rien ne pourra jamais nous séparer. Je l'aime tellement, c'est vraiment la seule en qui j'ai une totale confiance je sais qu'elle ne me trahira jamais et elle m'est fidèle comme je le suis avec elle. Je crois que si elle était avec un autre, il ne vivrait pas une seconde de plus étant donné que c'est la mienne, c'est ma destinée, celle que je me dois de protéger contre vents et marrés, alors je serais toujours là pour elle. Je ne sais pas vraiment ce que je ferais sans elle, quand j'ai étais enfermé dans cette prison, que je ne voyais même plus le jour, que je devais rester la enfermé sans rien dire, juste à attendre le temps qui passe en espérant que je pourrais de nouveau sortir et enfin être libre je pensais à la joie que j'aurais quand je la retrouverais, quand je pourrais de nouveau l'avoir que pour moi. Je crois que je ne pourrais jamais regretter de l'avoir transformé, c'est mon âme soeur et elle est la seule à pouvoir avoir le dessus sur moi.

Elle souffrait quand elle était humaine, elle est sans doute devenue comme moi elle ne fait pas la différence entre le sang humain et le sang animal mais au moins elle s'amuse, elle fait ce qu'elle veut et personne pourra lui dire quelque chose. J'ai mis beaucoup de temps à lui apprendre les choses simple de la vie, mais qu'elle n'avait pas pu apprendre enfermé dans cette pièce sombre. Cette fille, je ne sais comment la décrire elle a tellement de qualités à mes yeux, de charme. C'est d'ailleurs grâce à Ella et Bella que je suis sortis de cette prison, je fais plus confiance à Ella qu'a Bella dans cette situation. Ella, elle a perdu l'homme qu'elle aimait je sais qu'elle nous quittera pas pour le rejoindre alors que Bella elle peut toujours retourner sa chemise, surtout qu'en plus de cela il est ici, je ne sais pas vraiment pourquoi mais grâce à Ella je le sais et je commence sérieusement à douter. De toute façon, elle sait ce qu'il lui attend si jamais elle quitte notre camp, les conséquences serait grave pour elle alors il vaudrait mieux qu'elle réfléchisse à deux fois avant d'agir, de prendre une décision qu'elle pourrait finalement bien regretter. En même si j'étais à la place de Edward, je n'aurais pas attendu aussi longtemps avant d'essayer de la récuperer.

Etant seule dans cette salle avec Innocence, je lui fais pars de mes certaines inquiétudes au sujet de Bella, mais elle n'a pas l'air plus inquiète que cela envers Bella. En même temps, ayant vécu plus longtemps qu'elle, je sais très bien comment on peut se faire avoir très rapidement. Alors je préfère rester sur mes gardes, je me trompes peut être et à vrai dire je préferais me tromper on verra bien, mais je reste tout de même sur mes gardes c'est la meilleure chose je pense. Si vraiment elle me prouve face à l'homme qu'elle aime qu'elle restera quand même dans notre camp, je reverrais ma position à ce moment là pour l'instant je n'ai aucune preuve alors j'attends patiemment, je ne suis pas presser j'ai l'éternité devant moi, je pense qu'elle aura bien le temps de me montrer de quel côté elle est vraiment. Celui des gentils ou le notre, je me pose la question à vrai dire. Nous parlons dans cette salle rien que nous deux, mais j'ai vraiment du mal à lui résister, c'est vraiment un supplice de pas l'embrasser, et de pas prendre possesion de son corps mais nous devons rester correcte, si jamais quelqu'un arrive.

Mais c'est trop dure, je passe ma main sur l'une de ses jambes et je viens déposer mes lèvres dans son cou. Je résiste de moins en moins et je viens l'allonger avec toute ma douceur sur la table, et lui retirer son haut alors que ses mains passés derrière mon cou pour approcher nos deux visages afin de déposer mes lèvres sur les siennes. Un baiser naissait entre nous mais ce n'était pas un baiser doux, mais un baiser plein de passion, je n'ai qu'une envie à cet instant précis la faire monter le plus rapidement possible aux septième ciel. Je me rends compte finalement que ces soixantes dix années ont était excessivement longue, pas pouvoir être si proche d'elle comme aujourd'hui, c'est un calvère. Elle vient me retirer à son tour mon haut posant ses ongles sur mon torse et d'une seule main ne quittant pas ses lèvres pulpeuses, je viens lui retirer son jean. Je passes ma main sur sa jambe à présent nu et alors qu'elle me dit entre deux caresses, que quelqu'un pourrait entrer je souris avec mon sourire charmeur et lui dis:

Tu vas me faire croire que ça te dérange vraiment?

Je viens de nouveau déposer mes lèvres sur les siennes et reprennant mes caresses je fais glisser ma main sous son haut la caressant de manière très sensuel. J'attends alors de voir sa réaction avant de faire quoi que ce soit d'autre, je ne voudrais pas la mettre dans une situation qu'il la gêne, quoi que ça pourrait être drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Innocence M. Blood
DRAMA QUEEN « Nightmare before death
avatar

▬ prénom / pseudo : Elisabeth
▬ nombre de messages : 440
▬ Copyright : Merci Miss . F
♦ reflection :

relationships
    ♦ love, like 'n hate
:

MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   21.11.09 21:25


Tu es là, finalement c'est tout ce qui compte ...


    La luxure faisait parti intégrante de ce que l'on nomme les 7 péchés capitaux. je n'avais jamais été d'une croyance irréfutable, dieu ne me semblait être qu'une pitoyable excuse aux hommes pour se tenir correctement en société. De même que toutes leurs autres religions ou croyances populaires. De ce fait, je ne comprenais pas ce qui faisait de la luxure un péché à proprement dit. Qu'est ce qui rendait condamnable la chose de l'amour et du plaisir, si ce ne fut avec violence et mépris, dans le cadre bien précis d'un viole. Outre ce phénomène qui fut exécrable, le sexe faisait parti intégrante de l'homme, comme de l'animal, et le fait que les religions le condamne, et rien que ce fait là, les rendaient stupides et irréalistes. Ils étaient étranges ceux qui offraient leur vie à un dieu spirituel, et qui de ce fait se passer de plaisir vivifiant. Comment faisaient-ils pour vivre ainsi, se passant de caresse hautement méritées, prodigué par l'être aimé. Il semblerait cependant, que le mariage ôta le côté vicieux de la chose. Et si il fallait prouver devant un dieu qui n'existait pas sa bonne foi pour pouvoir profiter d'un lit de passion alors j'étais loin d'être la personne la plus vertueuse qui fut en ce monde.

    Si j'étais mariée à Carter ce n'était point dans un sens religieux. Je lui appartenais, il avait fait de moi sa chose, et jamais je ne saurais être à un autre. Outre ce fait, il me possédait de manière bien spéciale, ce qui ne m'avait nullement empêchée de connaitre d'autres hommes. La fidélité, plus que l'abstinence, me semblait une promesse bien veine. Je ne savais pas ce qu'en pensait Carter, et je me disposais bien de lui faire part de telle question. 7o ans d'abstinence sexuelle aurait été pour moi un véritable supplice, une torture qui en aurait rajouter à ma détresse et mon désespoir. Je ne m'en serais pas passé, pas même en sachant que je ne serais jamais qu'à Carter. D'autres que lui, durant ces dernières années, avaient pris possession de mon corps. Mais jamais aucun d'entre eux ne sera là pour s'en venter. Jamais un autre immortelle ne sut entrer dans mon lit, ou si ce fut le cas il n'avait pas survécu à la chose. Par contre, le fait de coucher avec des hommes, dont le coeur battait encore, chaud et vibrant, me donner un plaisir si conséquent qu'il me rendait folle. Et ils n'avaient alors pas même le temps d'atteindre l'extase avant que ce ne fut mon cas. Aucun d'entre eux ne sera jamais plus présent pour s'en venter ... Jamais.

    Et de cela je n'en avais rien dit à Carter, bien que je sache qu'il devait s'en douter. Il me connaissait mieux que quiconque et il savait ce dont j'avais besoin. Le sexe, la luxure, la passion, tout comme le sang, constituaient ma vie et mon être. Je ne saurais vivre sans cela. Sans lui j'avais dû me soumettre à une manière de faire bien écoeurante. Maintenant qu'il était revenu peut-être pourrais-je alors être qualifiée de fidèle. Ce n'était cependant pas un mot qui me correspondait, bien que je n'avais jamais à proprement parler trompé Carter. Je ne couchais en général qu'avec lui, et ceci ce fera tant qu'il saura me satisfaire quand je le souhaitais, où je le souhaitais, et tel que lui seul pouvait le faire. Le sexe avec lui, plus qu'avec quiconque me rendait pliable, et m'extasiais. Si je devais le tromper, ce serait probablement avec une femme, et poussée par la curiosité plus que par le désir simple. Connaitre les étreintes d'un autre homme ne m'intéressait nullement. Et j'espérais qu'il en fut de même pour lui. La fidélité, tout comme la confiance, ne fonctionnait que si elle marchait dans les deux sens.

    Je perdis pied à la réalité lorsque Carter commença les caresses sur mon corps. Toucha ma poitrine, me retirant mon jeans, et me dévorant de son regard enflammait. Si j'avais pu me consumer sur place, cela aurait de mise. Soixante-dix ans sans lui, sans cela, ce fut bien que trop long, épouvantable. Et je ne me lassais plus de le sentir si proche de moi. Je sentais son désir pousser contre ma cuisse, et je souris, en découvrant que mon corps lui faisait toujours autant d'effet. Je lui retirais son pas, comme il m'avait retiré le mien, et peut-être cela lui fut profitable. Je l'attirais à mon pour gouter à la peau de son cou, et entre deux caresses l'entendis me chuchotais de sa voix roc et sensuelle :

      - Tu vas me faire croire que ça te dérange vraiment?


    Je ris, un peu, à moins que ce ne fut un gloussement, alors qu'il revint sur mes lèvres qu'il prit avec l'avidité d'un assoiffé trouvant de l'eau. Il caressa mon corps de manière sensuelle me faisant perdre pied à la réalité, mais il se retenait, je le sentais attendre. Peut-être voulait-il une réaction de ma part. Je souris de cette manière si sadique qui me caractérisait, tout en gardant une œillade sensuelle prononcée.

      - On ne peut pas dire cela. Disons que je m'inquiète plutôt pour le pauvre diable qui oserait nous découvrire ... Répondis-je en levant les yeux au ciel.


    Ce qui n'était en somme que la stricte vérité. Et même si quelqu'un osait entrer à ce moment crucial ce n'était qu'à ses risques et périls. J'attirais de nouveau Carter vers moi, sur moi, créant une friction délicieuse entre nous deux, je sentais mon désir qui augmentait de plus en plus, me rendant folle, et fiévreuse - si ce ne fut que possible-. Je ne me retenais plus, mes mains parcourant son dos le griffait gentiment, bien qu'impatiemment. J'avais hâte de le sentir sur moi, en moi, possédant mon corps une fois encore ... Pour toujours, à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une éternité pas si longue que cela | HOT |   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une éternité pas si longue que cela | HOT |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un p'tit voyage dans le temps, cela vous dit??
» [Ollivier, Bernard] Carnets d'une longue marche [Récit de voyage]
» LE PREMIER D'UNE LONGUE SERIE
» Mésange (noire ou a longue queue????)
» carrosserie Mclaren longue queue autoscale 1/28

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: » Home :: — The Shadow's Castle-
Sauter vers: